L'oncle Charles

Publié le par jeaninetutor

affiche-l-oncle-charles.jpg
1etoilesUn Chatilliez décevant malgré la présence d’acteurs sympathiques.
 
L'HISTOIRE : En Nouvelle-Zélande, un richissime homme d'affaires d'origine française, Charles Doumeng (Eddy Mitchell) , voit basculer sa vie en apprenant qu'il est atteint d'une maladie incurable. Sexagénaire, sans famille ni héritier et n'ayant plus que quelques semaines à vivre, éprouvant un soudain regain d'affection, il se met à la recherche de sa sœur, qu'il n'a pas revue depuis cinquante ans, dans l'ouest de la France. A Mauprivez, petit village de la région nantaise, Corinne, trente-cinq ans, clerc de notaire, gros besoin d'argent, tombe sur l'annonce que Charles a écrite pour retrouver sa soeur, et dont la récompense est énorme. Elle part à la recherche de cette inconnue, sans succès, et décide, avec l'aide de son entourage, de lui former une famille sur mesure... La supercherie marche du tonnerre. A l'autre bout du monde, Charles est aux anges, heureux d'avoir enfin trouvé des héritiers. Mais la vie réserve des surprises et les bonnes nouvelles n'arrivent jamais seules...
 
Nous en sommes désormais habitués…Etienne Chatilliez est capable du meilleur (Le bonheur est dans le pré, la vie est un long fleuve tranquille) comme du pire (La confiance règne, Agathe Cléry)
 
L’oncle Charles sera finalement à ranger dans le tiroir des déceptions.
S’il utilise Valerie Bonneton beaucoup trop et dans un registre habituel, c’est plutôt sur l’humour nécessaire à son récit qu’il pêche vraiment.
Habitué de croquer les petites gens, il les cantonne ici dans des actes très basiques et qui manquent cruellement de charisme….L’histoire, certes rocambolesque, ne dispose pas de la légèreté suffisante et il est plutôt rare que le spectateur esquisse plus qu’un sourire.
 
Enfin…le réalisateur utilise toujours et encore les mêmes thématiques (usurpation d’identité, opposition riches/pauvres…etc.) dont on fini par se lasser.
 
Et si notre icône nationale avait perdu l’inspiration ?
 
 

Publié dans 1 étoile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article